Quelle gouvernance de l’eau dans un contexte de rareté ?

Pr. Houria Tazi Sadeq
Avocat et présidente de la Coalition Marocaine pour l’Eau

Le Maroc a fait depuis plusieurs années de l’accès à l’eau potable une priorité. Le Royaume a notamment pris une série de dispositions législatives et des réformes institutionnelles pour mieux définir et encadrer la gestion de cette ressource, parer aux inégalités d’accès et la protéger quantitativement et qualitativement voire la valoriser. Dans les agglomérations, des dispositifs innovants comme les branchements sociaux ont été mis en place pour desservir les populations les plus démunies.

Pour autant les changements climatiques auxquels nous faisons face, et dont l’eau est une des principales victimes, amène à repenser les enjeux liés à l’eau et à la gouvernance. Dans un contexte de rareté, assurer la durabilité de la ressource est un enjeu primordial et clairement énoncé dans le cadre des Objectifs de Développement Durable (objectif 6). Il s’agit de repenser la résilience de la gouvernance de cette ressource en s’appuyant sur des approches participatives, intersectorielles et interdisciplinaires pour développer les outils de la désormais nécessaire « gestion sociétale de l’eau ».

PDF
La Revue de l'Institut Veolia - "Eau, déchets, énergie : quel avenir pour les services essentiels en Afrique ?" (5.67 Mo)